Archive for 22 febrero 2006

Échec et réussite

22 22UTC febrero 22UTC 2006

Nicolas Sarkozy, le ministre de l’intérieur français, a un plan contre l’échec scolaire. Ça serait superbe que ce plan fût, vraiement, mis en pratique, et qu’il fonctionne.

Dans notre université, il paraît que monsieur le Recteur veut reduire aussi le taux d’échec. Deux vice-recteurs ont étudié quelles sont les matières avec le plus grand taux d’échec, la plus grande bourse (sic) de ratés et/ou le plus bas indice de satisfaction. Ils ont choisi les 27 plus mauvaises avec ce critère, et ils vont se réunir avec les professeurs de cettes matières. Ils vont définir un plan (comme M. Sarkozy) pour “corriger cettes déviations” et aider les profs. La mienne est une des 27.

Je me demande si monsieur le Recteur et ses vice-recteurs ont pensé à quelque outre facteur qui cause l’échec, en plus de celui des professeurs. Parce que, en notre cas, les profs ont été trés bien évalués par les élèves. Parce que moins de la moitié des élèves inscrits assistent aux cours (et, donc, les profs ne peuvent pas avoir aucune influence sur les résultats de ces élèves). Parce que nous avons fait beaucoup, beaucoup plus que la majorité des profs (ou peut être tous) de notre université pour garantir que les élèves reçoivent une bonne formation, avec tout l’aide possible. Et parce que la difficulté de notre matière n’est pas si haute. (Vrai! La moitié des éléves que vraiement assistent aux cours réussissent).

Je me demande si la societé est cohérente avec notre modéle d’université. C’est une université trés ouverte, oú presque chaque étudiant qui veut entrer peut le faire. Les études de génie en informatique sont trés difficiles, mais beaucoup de jeunes veulent les suivre pour plusieurs raisons. Et ils peuvent. Je suis totalement en faveur de ce modéle ouvert; mais ce n’est pas drôle que nous ayons un haut taux d’échecs. C’est le prix que nous devons paier. Mais aujourd’hui il paraît que nous devons avoir des milliers d’éléves de génie, et que tous doivent réussir. Je serais très heureux de le voir, mais ce n’est pas possible. Pas parce que nous ne voulons pas; c’est parce que ce n’est pas facile d’écrire du logiciel, et tu dois étudier un peu si tu veux être capable de le faire.

De toute façon, je suis très, très désireux d’écouter les idées de notres vice-recteurs. S’ils ne sont pas capables d’offrir une solution, une nouvelle idée, nous saurons qu’il n’est pas possible de le faire mieux que nous. Et s’ils peuvent offrir quelque idée, je serais très content de la mettre en pratique.

Mais notre recteur pense que nous pouvons avoir 30 éléves en chaque groupe de laboratoire et 200 en chaque groupe de théorie, et que nous n’avons pas besoin de plus de professeurs. Je méfie un peu des idées de nos supérieurs, et de leur vraie intention d’ameliorer l’enseignement… Je ne conais beaucoup M. Sarkozy, mais en notre cas, je crois qu’il s’agit surtout d’une operation d’image publique.

Anuncios

Enternecedor

17 17UTC febrero 17UTC 2006

Hoy he visto una escena que me ha parecido curiosa. Refleja esas cosas importantes que constantemente pasan a nuestro alrededor, sin que nos demos cuenta, en niveles fuera de nuestra percepción (más o menos como ocurre en Toy Story). En este caso, el nivel oculto está a poco más de medio metro del suelo.

Fue al cruzar una de las calles principales, en uno de esos semáforos para peatones velocistas en los que sólo los más preparados físicamente consiguen llegar a la otra acera con la luz aún en verde (y con la inestimable ayuda de los conductores que meten siempre medio coche, o el coche entero, en el paso de peatones, y de las vallas que nos impiden sortear esos coches como no sea comprimiéndonos unos contra otros). En la vorágine de peatones apresurados que llegaban sanos y salvos a la acera, iba una mujer con un niño pequeño sentado en su carrito.

El paso de cebra (¡cómo me gusta ese nombre!) llega directo al escaparate de una tienda de esas que no se sabe muy bien de qué son… (¿de regalos?) Y el niño empezó a dar grititos de excitación, destacando poderosamente por encima del ruido del tráfico y de la gente (por eso me volví a mirarlo), señalando con las dos manos un peluche del escaparate, colgado bastante bajo, o sea, justo a su altura. Supongo que ya lo tiene fichado y siempre que pasa por ahí quiere acercarse a mirarlo con ojos como platos.

Así que la mujer que lo llevaba cumplió su parte, y paró el carrito delante del escaparate, donde el niño pudo casi pegarse al cristal y quedarse mirando con arrobo a su jirafa favorita, seguro que deseando estrecharla en un fuerte abrazo. Era un peluche de esos que se pegan en la luneta trasera del coche (bueno, algunas personas realmente lo hacen) , sujeto a la luna con su ventosa.

La jirafa, mirando al niño sin pestañear, sostenía con sus pezuñas, delante de su barriga, un cartel que ponía:

Estás demasiado cerca, CABRÓN.

Vientos d’agua… y III

6 06UTC febrero 06UTC 2006

Ya tá.

El vienres pasáu, como otros vienres, miré’l teletestu de Tele 5 pa ver a qué hora echaben Vientos de agua. Les dos menos diez de la mañana. ¡Como pa quedame a vela! Programé’l vídeo y marché pa la cama.

Ayeri la mi muyer díxome que nun grabara nada de Vientos de agua. Que na cinta hebía nunsequé de la teletienda y coses tales. Yo díxe-y que yo namás lleera lo que poníen nel teletestu, y que si nun lleí mal, sería que ellos lo punxeron a otra hora.

Nun fuera asina. Ye que cenciellamente nun lo punxeran. Quitaron la serie. Ensin avisar, claro.

Lo más gordo ye que dicen que pararon de echala porque van sacar unos DVD y nun quieren que la xente piratee la serie por Internet, que ye lo que ta pasando.

Menuda panda de mazcayos.

Lo bueno de un blog ye que les coses escríbense cuandu s’escriben. Tá claro que yo sabía va tiempu que’n Tele 5 (y lo mesmo nes otres cadenes) nun yos importa pa nada’l espectaor. Pero esto paezme dir más lloñe: ye tomanos el pelo.

Pola mi parte, van rise de su madre. Ya sabía que nun diba ver terminar Vientos de agua, y tampoco ye que m’importe muncho. Si pueo, voy procurar vela dalgún día cuandu tenga ocasión.

Pero eso sí, señores de Tele 5: nunca, nunca, voy comprar los DVDs que quieren vendeme.

Y otra cosa que camiento: hai coses que xustifiquen la piratería.

Nota: Pa que compares esti blog con lo que ye escribir bien, lee lo que dixo el mi almiráu Antonio Rico en La Nueva España (en castellano).

El Quijote II

6 06UTC febrero 06UTC 2006

Hace unos días he acabado el primer volumen del Quijote. Sólo me falta el segundo…

De momento, he sacado algunas conclusiones.

  • Que no ha sido tan duro, después de todo. La edición que yo leo es la de Un Quijote, un euro, y apenas trae anotaciones. Me da la impresión de que es mejor leer una edición no anotada, o “muy poco” anotada. Sin duda, se pierde uno muchos detalles que podrían ser interesantes; pero la lectura es menos fatigosa, y tampoco se entiende tan mal como para que las anotaciones sean imprescindibles.
  • Que el lenguaje se puede seguir. Y que es curioso reconocer muchas palabras o expresiones del castellano de la época que recuerdan a otras del asturiano, recordando el origen común de los dos idiomas.
  • Que, aparte del hilo argumental, el Quijote es un enorme refrito, un ejemplo de reutilización salvaje. No digo que eso sea necesariamente negativo, o que no esté bien conseguido. Pero es así. Hay novelitas enteras plantadas por ahí enmedio como historias accesorias. Como en Obabakoak, pero mucho más descarado. (Obabakoak es una maravilla, por cierto).
  • Que no sé si es que lo veo con malos ojos (o buenos), pero lo que el Quijote dibuja de la sociedad humana es, sobre todo, sexo. Los hombres persiguiendo a las mujeres, como fin último de todo lo que hacen (vestido, eso sí, con historias de amor, con reglas de honradez no escritas, con armaduras o con espadas).
  • Que también se abordan temas que, curiosamente, siguen pendientes. Se habla de la prostitución, de las mujeres (a una feminista le encantará el punto de vista de la época), de la censura, y (¡ahí es nada!) de la tensión entre la creación artística de productos elevados y la triste realidad del mercado, en el que la masa consume basura. Hay un capítulo entero que parece estar hablando de Gran Hermano.

Y la peor: que ahora no sé si me apetece más leer la segunda parte del Quijote, escrita por Cervantes, o el Quijote de Avellaneda, escrito como respuesta a la primera parte por adversarios del escritor. La duda me corroe…

Sexisme

3 03UTC febrero 03UTC 2006

Il y a plusieurs années, j’étais arrivé à la conclusion de que les hommes et les femmes étaient presque égales. Qu’il ne fallait pas se préocuper de si quelque personne était, en fait, un homme ou une femme (sauf, évidemment, en certains cas très specifiques). Donc, je n’étais pas sexiste.

Aprés quelques années, j’ai eu changer mon avis. Ça n’a pas été facile; je n’en voulais pas! Mais la réalité m’a forcé à admettre que nous sommes différents. Que certains clichés ne sont pas si faux. Vous pouvez le vérifier en beaucoup de manifestations culturelles qui, étonnamment, sont applicables á travers très différents pays.

Mais ça n’est pas sexisme, à mon avis. Pourtant, aujourd’hui le sexisme vient de la main de beaucoup de féministes, ou de femmes modernes.

Il est presque interdit de dire ou montrer quelques choses. Il faut être très, très prudent quand on va utiliser le mot femme dans n’importe quel endroit. Parce qu’il n’est pas difficile d’offenser les femmes. Quand cela arrive, généralement nous pensons que c’est vrai, que le commentaire ou l’image était offensive, que c’est un héritage de temps passés, que nous ne sommes encore habitués a voir les choses avec égalité et ne remarquons pas ces cas assez tôt.

Mais cela, c’est sexisme. Parce que la même situation, impliquant des hommes à la place des femmes, n’est pas consideré insultant. Et il y a des tas d’examples. Ce matin j’ai vu dans un étalage un livre d’Allan Carr intitulé: “C’est facile pour les femmes de quitter de fumer” (sont les hommes moins forts, ou plus bêtes?) Il y a des tas de spots publicitaires où l’homme apparaît comme un imbécile incapable d’utiliser une machine à laver, ou de nettoyer la maison, et la femme fait des commentaires insultants. Il y a beaucoup d’endroits “seulement pour femmes”, beaucoup de couvertures de revues avec des phrases exclusives ou discriminatoires pour les hommes. Il y a beaucoup de spots ou d’oeuvres où l’homme est présenté comme un objet sexuel (et je ne me plains pas, mais les mêmes femmes qui trouveraient offensif la même situation avec une femme acceptent cette-ci sans aucun inconvénient comme quelque chose progressiste).

Et tout cela n’est pas (en quelques cas, seulement) une matière de discrimination positive. Pas du tout.

La prochaine fois que vous voyez quelque commentaire negatif sur les hommes, pensez si votre réaction serait différente avec le même commentaire (ou un outre semblable) dit sur les femmes. Quand vous voyez quelque commentaire positif sur les femmes, pensez si ça n’est pas sexisme, après tout. Quand vous trouvez quelque chose “seulement pour femmes”, évidemment il y a des situations où cela a un sense, mais… est-ce le cas? Et, surtout, l’accepteriez-vous en changeant les femmes pour des hommes?